Christine Lagarde et son ascension réussie…businesswoman in a man’s world

Candidate crédible, respectable, ‘hard-working’ au caractère universel et international, c’est sans grande surprise que Christine Lagarde prend ses fonctions de directrice générale du Fonds Monétaire International aujourd’hui mardi 5 juillet 2011.

Une femme qui innove et qui s’affirme dans un univers majoritairement masculin. Alors première femme à prendre la direction du cabinet d’avocats Baker & McKenzie à Chicago en 1999 ; première femme à occuper les locaux de Bercy en tant que Ministre de l’Économie et des Finances en 2007, c’est à New York City que Christine Lagarde endosse son nouveau rôle: « patronne » de l’économie mondiale. Première femme à la tête du Fonds Monétaire International.

En 2005, son retour en France la propulse en politique. Elle est nommée ministre déléguée au Commerce extérieur du gouvernement Dominique de Villepin. En 2007, elle occupe le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche du gouvernement François Fillon le temps de quelques semaines. C’est finalement au Ministère de l’Économie et des Finances que Christine Lagarde fut au sommet de sa carrière politique en France pendant quatre années consécutives. Très vite, Christine Lagarde devient l’atout « sympathie » de la politique de Nicolas Sarkozy puisqu’elle est élue deuxième personnalité préférée des français selon un sondage conduit pour RTL et le Parisien. En 2009, elle est récompensée par le magazine Financial Times du titre du Ministre des Finances de l’année 2009 dans le monde suite à sa gestion de la crise économique. L’Express aussi la met à l’honneur en publiant un article la nommant ministre de l’année en 2009.

Christine Lagarde s’engage également pour la cause des femmes et plus particulièrement prône la discrimination positive pour les femmes en entreprise. Lors du Women’s Forum en octobre 2010 à Deauville, Christine Lagarde qui prend le parti des femmes dans la jungle économique a annoncé: « La marche d’escalier est tellement haute, qu’il faut faire quelque chose ». Christine Lagarde a d’ailleurs mentionné à plusieurs journaux anglophones en octobre 2010: « Women make better politicians than men because they are not prisoners to their libido and testosterone. » (« Les femmes sont de meilleures politiques que les hommes car elles ne sont pas prisonnières de leur libido et leur testostérone »). La nouvelle directrice du FMI ne mâche pas ses mots et elle prouve à bon nombre d’hommes son aisance et son caractère affirmé dans cet univers masculin.

À l’heure où Christine Lagarde prend ses marques au FMI, elle doit déjà songer aux multiples challenges qui l’attendent avec entre autres: la gestion de la situation de la Grèce en priorité, la croissance dans les pays développés, les aides accordées aux pays du Sud, et la défiance des marchés au Portugal, en Irlande et en Espagne.

Christine Lagarde affiche dors et déjà une belle ascension professionnelle, ponctuée au féminin. Elle a maintenant cinq ans pour prouver au monde qu’elle saura gérer l’économie mondiale avec autant de courage et de qualités qu’on lui prête.
Good luck!


Publicités