Retour sur la rentrée !

Beaucoup de choses se sont passées ces derniers mois mais je tiens à évoquer quatre faits particuliers qui ont retenu mon attention :

Battre sa femme n’est plus légal !

Law against violence in Saudi Arabia

Le Royaume d’Arabie Saoudite adopte sa toute première loi contre la maltraitance le lundi 26 août. Seront condamnées les violences physiques, psychologiques et sexuelles à la fois au domicile de la victime, mais également sur tout lieu de travail. Tout employé qui prendra connaissance d’un cas de violence parmi ses collègues sera tenu d’en informer ses supérieurs afin qu’eux-mêmes puissent alerter la police. C’est une sacrée loi qui vient d’être approuvée par l’Arabie Saoudite quand on connait l’historique du pays à ce sujet. Mais le pays progresse pas à pas puisqu’il il y a quelques mois, l’Arabie Saoudite lançait la première campagne nationale contre la violence domestique. Cependant malgré les efforts du Royaume pour contrer la maltraitance, les femmes sont toujours obligées d’être accompagnées d’un homme de leur famille (mari, frère, père, oncle) pour pouvoir se rendre à la police pour porter plainte alors pas si sûre que cette nouvelle loi permette aux femmes d’aller s’exprimer librement. (Source : Saudi Gazette)

Passe d’abord ton test de virginité si tu souhaites ton diplôme

Indonésie VirginitéComment mettre toutes les chances de son côté pour obtenir son diplôme en Indonésie ? Montrer pattes blanches en présentant un test de virginité . La population indonésienne s’est dite choquée d’une telle mesure mais les autorités religieuses du pays semblent soutenir ce nouveau projet de loi. C’est l’idée plutôt scandaleuse de Muhammad Rasyid, un responsable éducatif dans le sud de Sumatra, pour pouvoir dit-il « enrayer la sexualité précoce des jeunes filles indonésiennes et protéger les enfants de la prostitution et du libertinage ». Ainsi les jeunes filles âgées de 16 à 19 ans devront obligatoirement passer par le test de virginité si une telle loi est appliquée pour obtenir leur diplôme à la fin de l’année. C’est une proposition humiliante, dégradante et complètement sexiste à l’égard des femmes. Une fois de plus, on ne parle que des femmes… mais qu’en est-il des garçons, pourquoi ne pas mettre en place un système qui permettrait également de contrôler leur vie sexuelle. Les associations de défense des droits de l’Homme s’indignent d’un tel projet et proposent des cours d’éducation sexuelle plus soutenus pour mettre en garde les adolescentes sur les possibles problèmes liés à la sexualité. (source: Courrier International

L’innocence d’une petite fille violée et anéantie à jamais…

Au Yemen, il est malheureusement monnaie courante d’autoriser les mariages entre un « vieillard »mariage répugnant et une petite fille qui savoure le câlin du soir de sa maman. En somme, dehors les principes moraux, psychologiques et physiques, et place à l’absurdité et au dégoût. Une pédophilie légale qui ne semble pas choquer ce pays meurtri par la pauvreté et les conflits nationaux. Il y a quelques semaines, la presse internationale annonçait le décès d’une petite fille âgée de 8 ans, mariée de force et qui avait succombé à sa nuit de noces. Huit ans !?! A cet âge-là, on joue à la poupée, on apprend ses premières poésies à l’école, on rigole avec ses copines, on pense être protégée par sa maman et son papa. Comment une petite fille aujourd’hui dans le monde peut décéder suites à des blessures dues à des relations sexuelles imposées par son mari quadragénaire ou quinquagénaire ? Comment peut-il y avoir un tel décalage entre ce monde si avancé d’une part et ce monde si reculé, arriéré et barbare d’autre part ? Je suis révoltée par ce genre de faits, comment peut-on protéger ces enfants face à leurs parents qui les vendent à des étrangers ? Cette affaire est source de bon nombre de commentaires car l’histoire est contredite par sa famille. La petite fille décédée, Rawan semblerait apparemment en vie selon ses parents qui l’ont montrée aux yeux de tous dans divers reportages mais le Centre yéménite pour les droits de l’homme (CYDH) persiste sur leur version de l’histoire et la mort tragique de cette jeune enfant. La barbarie des mariages forcés et plus encore ceux entre une mineure et un homme adulte doivent être sévèrement punis ! Le CYDH a demandé une nouvelle fois le vote d’une « loi imposant un âge minimum de 18 ans pour pouvoir contracter un mariage. »  (Source : 24matins). A relire : l’article sur la petite Nada qui réussit en juillet à s’échapper d’un mariage forcé au Yemen.

La justice a été rendue

inde_mortVous souvenez-vous de ce terrible crime survenu en décembre 2012 où quatre jeunes hommes violaient et agressaient violemment une étudiante de New Delhi dans un bus qui mourut de ses blessures quelques jours plus tard ? La famille de la jeune victime réclamait la peine de mort , c’est à présent chose faite ! La sentence a été rendue le vendredi 13 septembre. « En cette période où les crimes contre les femmes augmentent, le tribunal ne peut fermer les yeux sur un acte aussi effroyable« , a dit le juge Yogesh Khanna. Des milliers d’Indiens s’étaient retrouvés dans la rue pour manifester et dénoncer les conditions déplorables des femmes dans leur pays. (Source : Le Nouvel Obs)

Selon Meenakshi Ganguly, directrice pour l’Asie du sud de Human Rights Watch (HRW) met tout de même en garde contre la peine de mort. « Une partie de l’opinion réclame cette peine de mort, car elle est horrifiée par toutes ces attaques. Malheureusement, il n’y a pas de solutions faciles. Nous avons plutôt besoin de réformes systémiques, d’une police formée qui rend des comptes, et de la fin d’une culture qui accuse les victimes plus souvent que leurs agresseurs en se permettant des commentaires sur le mode de vie des femmes. » (Source : Le Monde)

Les femmes doivent pouvoir se sentir libres d’agir et de porter plainte si elles sont victimes d’une telle agression. 

Publicités