Tour d’horizon des dernières campagnes qui ont interpellé

Deux campagnes retiennent notre attention en ce début de mois :

  • « Je ne supporte pas les bleus« , une campagne à l’initiative de l’association Elle’s Imagine’nt pour dénoncer les violences conjugales et alerter surtout les Français sur le nombre de victimes ! Campagne choc puisque des représentants du milieu du football y participent : Raymond Domenech, Estelle Denis, Frank Leboeuf… moi-même fan de sport et des grands événements de football (eh oui, j’irais même jusqu’à vous confier que j’ai été championne académique de football il y a des années 😉 ), bref au premier coup d’œil du visuel principal, j’ai pensé « waouhh c’est osé, c’est quoi cette campagne ?! » J’ai cherché, j’ai compris, bravo l’agence Buzzman, encore un joli coup à ton actif ! De quoi provoquer une fois de plus l’équipe de France de football, déjà si secouée dans les médias. Mais c’est le but, une campagne choc pour alerter ! Nous alerter sur le fait que pendant la durée de l’Euro 2016, soit pendant trente jours, 10 femmes vont mourir en France à cause des violences conjugales. 

 

  • L‘autre campagne est women-around-the-world-publicitécette publicité du club de sport Aloha Fitness : « perdre du poids ça devrait être comme perdre sa virginité« . Certains internautes se sont indignés du message et de la silhouette de la jeune fille dénonçant l’aspect « grossophobe » et sexite de la campagne. Il est très clair que le club de sport pointe les personnes rondes « Arrêtez de vous mentir, faites du sport » et de façon un peu maladroite certes mais ce n’est pas méchant. C’est une façon de prendre un peu le contre pied des campagnes habituelles des clubs de sport avec des filles dont le corps fait rêver; ce qui me dérange vraiment dans ce visuel, outre le graphisme peu professionnel, c’est vraiment ce message. Quel rapport entre la virginité et la perte de poids ?! Alors oui je comprends mais d’où leur est venue l’idée d’associer les deux. En parlant de virginité, on est sur un terrain très intime, voire tabou. Selon le gérant du club, Didier Laurent, « dans le sexe comme dans le sport, les premières fois nécessitent de dépasser « l’idée de douleur musculaire » qui « laissera place au plaisir de se sentir bien dans son corps »… Un peu tiré par les cheveux tout de même mais au final le club de sport voulait que sa campagne soit vue, elle l’est, on en parle ! (source: Madame Le Figaro)
Publicités